Rapports annuels

/
Reprendre la lecture
Plus que tout autre, de par sa taille et sa situation au cœur de la Défense, le réseau de GENERIA a une importance stratégique : il se doit de s’orienter vers la production d’une énergie plus verte et plus responsable. C’est ce qu’attendent de lui ses clients, ménages, collectivités, entreprises et autres parties prenantes qui envisagent un éventuel raccordement. Ce parti pris s’inscrit aussi dans la continuité du Schéma Régional du Climat, de l’Air et de l’Énergie de la Région Ile-de-France. Aussi le syndicat s’est-il engagé, avec ses concessionnaires, à rendre ses réseaux de plus en plus propres. En 2020, cela s’est traduit par l’engagement dans une Stratégie bas carbone (SBC). Mais aussi et surtout par le feu vert des pouvoirs publics pour le projet de verdissement de son principal réseau de chauffage.

Une stratégie bas carbone

De par l’envergure de son réseau, GENERIA contribue de façon conséquente aux objectifs du plan climat air énergie de Paris Ouest La Défense. C’est pourquoi, au-delà du verdissement de son réseau, le syndicat a décidé, en février 2020, de s’engager dans une stratégie bas carbone. Avec un inventaire de ses émissions de gaz à effet de serre, selon les standards ISO 14064-1 et 14069 ; une trajectoire pour limiter le réchauffement en 2050 à 2°C, par rapport à l’ère préindustrielle ; ainsi qu’un plan d’actions opérationnel et managérial. Cette démarche qui a démarré en avril 2020, devra aboutir sur une stratégie à la fois novatrice et pragmatique fin 2021. Elle sera menée en cohérence avec le schéma directeur des réseaux de chaleur et de froid validé en 2017 et avec le schéma directeur énergie de la métropole du Grand Paris en cours d’élaboration. Elle devra prendre en compte toutes les autres stratégies vertes en cours sur le territoire, l’évolution de la demande d’énergie, l’impact de la rénovation énergétique et le classement des réseaux en 2022.
Animée par GENERIA, sous l’autorité de son président, cette stratégie sera coconstruite avec toutes les parties prenantes du syndicat, c’est-à-dire la Commission consultative des services publics locaux (CCSPL), l’ADEME, la Région, la FNCCR et AMORCE, etc.

Réseaux de chaleur : de 36 à 80 % d’énergies renouvelables

Pour réduire l’impact de sa production de chaleur et de froid sur l’environnement, GENERIA invite ses concessionnaires à investir dans des solutions responsables.
C’est le cas du réseau le plus récent qui chauffe les 800 logements de l’éco quartier Hoche à Nanterre.
Exploité par Enerbiosa depuis 2010, ce réseau offre un mix contractuel de 80 % d’énergies renouvelables. 62 % de la chaleur y a été produite à partir de bois en 2018-2019. En 2020, Enerbiosa a atteint son objectif de 80% d’ENR, grâce au biométhane qu’elle a utilisé en complément ou à la place du bois. Un recours exceptionnel qui lui a permis de profiter d’un prix du gaz particulièrement bas.
Le réseau le plus important, celui d’Enertherm, chauffe quant à lui 3 millions de m2, soit 120 immeubles de bureaux et 20 000 habitants, avec 46% d’énergies renouvelables, dont la moitié de biofioul et la moitié grâce à une thermofrigopompe (TFP). Avec cette technologie qui permet aussi de récupérer la chaleur, les émissions de CO2 ont été divisées par deux par rapport à 2014. C’est pour ce réseau que GENERIA a lancé, en 2018, un projet de verdissement sans précédent qui a été approuvé par les pouvoirs publics en 2020. Les installations devraient être opérationnelles en 2022 (cf. ci-dessous).

Acteur majeur de la transition écologique dans le plus vaste quartier d’affaires européen, GENERIA s’est aussi intéressé de près aux conséquences de la crise sanitaire sur les nouvelles formes de travail et donc sur le taux d’occupation des tours de La Défense. Le syndicat et son concessionnaire Enertherm estiment en effet que, au-delà de l’impact direct sur les ventes d’énergie, cette menace est aussi une bonne occasion pour construire des réseaux urbains responsables et intelligents. Aussi ont-ils proposé de suivre ce taux d’occupation en continu.

Émissions de CO2 en 2020

Des réseaux de froid qui ne rejettent ni panaches de vapeur, ni fluides frigorigènes

Bien avant que l’air conditionné ne soit pointé du doigt pour son rôle dans le réchauffement climatique et la pollution urbaine, GENERIA a misé sur une technologie de refroidissement et non de climatisation pour ses 20 km de réseau de froid. Avec des solutions vertes qui ne rejettent ni chaleur, ni fluides frigorigènes dans l’atmosphère.

Le réseau de la Société Urbaine de Climatisation (SUC) en témoigne. Depuis les années 1990, le froid y est produit à partir de l’eau de la Seine. Inédite à l’époque, cette solution est considérée comme précurseur par les acteurs du froid du monde entier. Une technologie a en outre été mise en place pour éviter les fuites de fluide frigorigène lors de la maintenance. Nocif pour la santé s’il s’échappe dans l’air que l’on respire, ce fluide est stocké dans des cuves, puis réinjecté dans le réseau, le tout étant parfaitement étanche. Enfin, la centrale Alsace est aujourd’hui parfaitement intégrée dans le paysage urbain, invisible sous la tour Prisma à Courbevoie.
Le réseau d’Enertherm produit quant à lui du froid grâce à des tours aérofrigérantes, qui récupèrent l’énergie du vent, et 6 000 m2 de bacs de glace qui constituent une réserve de refroidissement. Il s’agit de la plus grande unité de ce type en Europe, grâce à laquelle Enertherm améliore le rendement de sa production tout en préservant l’environnement car le refroidissement se fait de nuit, lorsque les températures de condensation sont inférieures et le coût de l’énergie plus bas. Ces tours ont été entièrement renouvelées en 2020. Malgré la crise sanitaire qui aurait pu mettre un frein aux travaux, les équipes se sont mobilisées pour les achever dans les délais.

À eux deux, ces réseaux offrent un COP* de 4, contre 2 pour des climatiseurs individuels.

* Coefficient de performance. Rapport entre l’énergie utile (le froid délivré) et l’énergie consommée (l’énergie nécessaire pour produire le froid). Plus il est élevé, plus le réseau est efficace.

2L'environnement, un engagement